mercredi 20 avril 2005

Pas à pas

Elle a confié son enfant à sa mère, il y a de cela des années.Dans la catastrophe, toute la famille avait déménagé pour une autre région, le temps que la grossesse arrive à son terme et que l'enfant naisse. Quand tout ce petit monde est revenu, la famille comptait un membre de plus, une petite fille. Et l'aînée semblait tant changée.Mais personne n'a rien demandé. Personne ne pose jamais de questions dans ces cas-là, surtout en ce temps-là. La mère était divorcée et avait quatre enfants à charge, elle venait de se séparer d'un... [Lire la suite]
Posté par lagirouette à 15:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mercredi 9 février 2005

Ils sont devenus sourds

Samedi, 18h50, superette du centre villeDes pleurs éclatent. Je me demande d'où ça vient, et je pense sur le champ à la petite fille que j'ai croisée dans les rayons toute à l'heure et qui trimbalait le landeau de sa poupée. Je baisse spontannément les yeux, et je la vois, là, dans son manteau avec des fraises en fleur et en fruit; les yeux plein de larmes et le visage déformé par le chagrin.Elle passe au milieu des gens en pleurant sa détresse, levant le regard vers ces têtes d'adultes qui ne lui accordent aucune attention. Elle a... [Lire la suite]
Posté par lagirouette à 16:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
jeudi 20 janvier 2005

Vaste programme

Mettre des gardiens aux portes de la perception. On ne peut pas tout entendre, on ne peut pas tout recevoir, et surement pas les névroses de l'autre.Vos amis le savent d'instinct ou parce que vous le leur avez signifié.Pour les autres, il faut mettre des gardiens aux portes de la perception. Vaste programme.
Posté par lagirouette à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 26 décembre 2004

Ta gueule

Parfois tout est calme autour de moi. Rien ne laisse croire que d'autres êtres sont à quelques dizaines de mètres tout au plus, qu'ils s'activent, qu'ils respirent, qu'ils pensent.Dans ces moments de silence, ma conscience se met à me hurler mille et mille choses, se tait soudain, et me glisse: "Si tu disparaissais de la surface de la terre en cet instant même, ça ne changerait rien. Il n'y aurait aucune différence, si ce n'est ton absence dans ce paysage qui ne s'offre qu'à tes propres yeux."
Posté par lagirouette à 14:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 15 avril 2004

Je voulais écrire une lettre

Je voulais écrire une lettre. Mais je ne savais pas à qui l'envoyer.Il a progressivement cessé de venir me chercher. Finalement, il n'a même plus appelé pour prendre de mes nouvelles, ni même donné signe de vie. Le droit de visite lui a été retiré.Mon père. Qui a dû soigner une dépression, et son alcoolisme. Qui vit avec sa femme et ses quatre enfants.Papa, qui battait maman.Elle est morte en 1984. Un camion. Six jours d'hôpital. Plus d'activité cérébrale. Il a fallu la débrancher.Ma mère. Un mètre cinquante-huit. Un tempérament, et... [Lire la suite]
Posté par lagirouette à 23:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 28 août 2003

Je ne suis pas aussi cynique que vous

Ce n'est pas que je ne peux pas. Je ne veux pas, c'est tout. J'ai fait ce choix il y a un moment. Au début c'était un penchant naturel chez moi. Ca m'a valu quelques réprimandes familiales, des réflexions du genre "ma pauvre fille, on te ferait avaler une couleuvre!", "tu vas te faire avoir par le premier venu", "cesse d'être si crédule! mais tu es bête ma parole! je me demande comment tu fais pour avoir ces notes à  l'école"... Alors la méfiance et le cynisme, je m'y suis frotée, j'ai pratiqué.... [Lire la suite]
Posté par lagirouette à 02:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]