vendredi 3 mars 2006

A trip to London - Episode 2

DAY 4
Sous ma jupe fauve en velours à petites côtes, j'ai mis des collants en laine. Ça ne m'était pas arrivé depuis l'enfance je crois.
Ne pas remettre Chet Baker au moment de bosser. Je n'ai rien fait et je vais rater la visite à la National Gallery.
Faire son deuil. Je déteste cette expression qui est employée à toutes les sauces et qu'on plaque sur chaque situation de rupture, de cassure, de brisure. Et pourtant, là je n'en trouve pas d'autre.
Nouvelle nuit hantée par lui. Nouveau retour, toi comme dans cette chanson de Boys Town Gang you're just too good to be true, can't take my eyes off of you, you feel like heaven to touch, oh I wanna hold you so much.
Seulement I love you baby n'est plus d'actualité et je sais parfaitement que ce n'est pas quite all right.
Cela dit, quand j'y pense vraiment je ne m'imagine pas faire des enfants à quiconque d'autre. Ça s'annonce donc plutôt mal...
J'aimerais réussir à maîtriser le souvenir de toi comme mon addiction à la nicotine. J'ai décidé que fumer, tenir une cigarette, tirer comme une folle sur une clope, m'en emplir les poumons, rouler un filtre entre mes doigts, le pincer entre mes lèvres, le mordiller du tranchant des incisives et le caresser du bout de la langue ferait partie du passé. Finito, basta, over. Ça me manque et ça me poursuit mais j'emmerde cette image et je la relègue de l'autre côté de l'instant t.
Comment fonctionne la mémoire? Hier j'écoutais deux jamaïcains, rastas et pupilles indiscernables, parler de cette bombe atomique man qui rendait l'un d'eux fou de désir. Want some? Yo man. J'adore cet accent mais j'ai du mal avec l'odeur. Marijuana. Et puis soudain, sans rien demander deux mots on fait pop dans ma tête. "Ganja". "Pot". D'où ça sortait putain? Onze ans de stagnation au fond de mon cerveau et soudain, hop, sur un plateau à disposition. Comme toi, cette nuit, dans mon rêve.
Je ne sais pas si un jour j'arriverai enfin à t'exciser de mon inconscient.
Le soir nous avons retrouvé J. et J.
J. le généreux, qui fait voler des avions sans pilote pour qu'ils soient descendus par des missiles. Il rit de son infortune, et il y a tant de bonté dans ses yeux et de bonhommie dans ses gestes que j'ai envie de le serrer dans mes bras.
J. le fougueux, qui travaille dans l'humanitaire. Une boule d'énergie, une mine d'informations, une machine à projets. Je suis saisie par l'intelligence de son regard et subjuguée par le récit de ses expériences sur le terrain. Mes petites égratignures d'occidentale me semblent si viles tout à coup, et lui, pourtant, se garde bien d'être moralisateur.
Il y a des rencontres fugaces qui vous enrichissent durablement.

time_out1 time_out4 time_out5 ?

DAY 5
Cela fait deux mois que mon appareil numérique est au fond de mon sac, tous les jours. C'est devenu un besoin, je suis une japonnaise du quotidien: je mitraille... Aujourd'hui, évidemment, juste aujourd'hui, je ne l'ai pas pris. "Evidemment", parce que c'est aujourd'hui qu'il fallait l'avoir.
Nous flânons dans Borough Market, juste à côté de London Bridge, et je suis éblouie par les couleurs, la beauté des stands et des produits, la variété et la qualité des marchandises. Biologique se dit organic en anglais, j'avais oublié.
S. m'a réservé une surprise pour l'après-midi. Sa seule directive a été: "Fais-toi chic". Il fait froid. Je remets des collants en laine sous la seule jupe de circonstance que j'aie emmenée... ce mélange de classe empruntée et de rusticité hivernale me fait mourir de rire. Je ne découvre qu'une fois devant le célébrissime hôtel que nous allons prendre un Traditional Tea au Savoy. S. me dit sentir la présence d'Oscar Wilde. Je n'en sais rien, tout ce que je vois ce sont les somptueux lustres se reflétant dans les miroirs fumés et le pianiste au jeu de mains aérien effleurant à peine les touches d'ivoire du piano à queue.

collants_laine

DAY 6 (flashback on night 5)
The best club in my life, ever...

club4 club6 club7
club32 club21 club91

... with the sexiest toilets, ever...

club11 club13
club14 club15

... but feeling lonely, suddenly...

club102

... i realize how much i miss you, and always will; and the only thing i can do is break down and cry, as usual...

club12

Posté par lagirouette à 00:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur A trip to London - Episode 2

Nouveau commentaire